Sombre Clair

Le président de la république, Emmanuel Macron, s’est adressé aux Français pour la 5ème fois depuis le début de la crise sanitaire du Coronavirus, à l’occasion d’une allocution télévisée ce lundi 13 avril. Il y détaille les futures mesures, notamment à l’approche de la saison des festivals.

L’annonce du maintien ou non des festivités saisonnières était très attendue par les festivaliers et tous les acteurs du secteur événementiel. En effet, un flou artistique régnait quant à la possible annulation des concerts et festivals. Nous pouvions déjà nous poser ces questions fin février, lorsque les premières mesures de restrictions étaient appliquées aux rassemblements.
C’est maintenant chose faite : tous les événements accueillant un nombre trop important de personnes sont annulés jusqu’à mi-juillet.

Une angoisse pour les organisateurs

L’inquiétude était palpable dans la plupart des organisations événementielles. Le manque de clarté et d’informations offertes par le gouvernement empêchaient les festivals de se projeter dans les semaines à venir. Une situation décriée notamment par Jérôme Tréhorel au micro de franceinfo ce lundi 13 mars : “Le gouvernement doit prendre ses responsabilités”.

Maintenant va arriver le moment de trouver des solutions pour pouvoir rebondir. Une méthode semble plutôt privilégiée par la plupart des festivals : le report à l’année suivante. Dans les faits, les festivals ont lieu pour la plupart annuellement, il n’y a, à priori, par de différence notoire avec une annulation. Sauf qu’on ne vous précise pas le fait que les billets déjà vendus ne sont pas remboursés, et sont systématiquement valables pour l’édition suivante.

Il est toutefois possible dans la plupart des cas de demander un remboursement, mais les festivals appellent à la solidarité des festivaliers, en y renonçant en partie ou totalement.

Quel avenir pour les petites structures ?

Des fonds d’aide ont vu le jour pour venir en secours aux petites structures, qui auront le plus de mal à rebondir les années suivantes. Le Centre National de la Musique propose notamment un fonds de secours à la musique et aux variétés, le ministère de la Culture propose déjà une cellule d’accompagnement aux festivals dans le besoin, et la SACEM a débloqué une aide d’urgence de 10M€.

En plus de cela, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place des annulations de charges et l’instauration dans un futur proche de fonds d’aides.

À lire également